jeudi 12 décembre 2019

"DOS AU MUR" DE LA CIE YEAH YELLOW

Le mur est le corps de l'ombre.

Le titre " dos au mur " est à entendre au sens littéral, car dans ce duo, les danseurs chorégraphes, Camille Regnault (KAMI) et Julien Saint Maximin (BEE-D), explorent toutes les figures possibles quand un mur vous entrave ou vous protège. En réalité, l’expression vient de l’escrime, lorsqu’un fleurettiste recule trop pour éviter le danger, il finit par se trouver « dos au mur ». Il ne lui reste plus qu’à faire face et affronter ce qui le menace.


La gestuelle, plutôt ingénieuse, nous fait découvrir la grammaire du hip-hop sous un tout autre jour. Il faut dire que Julien Saint Maximin a été sacré champion de France et d’Europe de Breaking et Camille Regneault, triple championne de France et Vice-championne du Monde dans cette même discipline, ce qui compte pour beaucoup dans cette chorégraphie souvent acrobatique.


Ils se produiront au Théâtre de la licorne à Cannes le vendredi 13 décembre, alors n'hésitez pas et allez réserver vos places !

Plus d'informations ici.



mardi 3 décembre 2019

ANTHOLOGIE DU CAUCHEMAR du SYSTÈME CASTAFIORE

Depuis 1989, la compagnie Système Castafiore, formée par la Brésilienne Marcia Barcellos et le Français Karl Biscuit est l'une des plus créatives de la danse contemporaine.
Pour "Anthologie du cauchemar" imaginez le côté obscur de vos nuits projeté sur scène, prenant corps face à vous.




Cette immersion éveillée dans le monde fascinant de l’illusion est établie en utilisant la danse, le jeu, la vidéo, les trucages, la machinerie et la création sonore.
Un ballet à la fois terrible et fascinant, jouant avec les peurs enfantines, les détours de l’inconscient et toute une imagerie populaire allant des mythes au cinéma de genre.



Anthologie du cauchemar se joue de la réalité et de l’illusion. Comme ces rêves qui, aux franges du sommeil, paraissent parfois véritables.

Nous sommes ravis de les accompagner au Théâtre du Chaillot du 05 au 10 décembre 2019.
Plus d'informations sur ces représentations ici.

vendredi 29 novembre 2019

OÙ VISER SON CARNET ATA ?

Véritable passeport des marchandises devant séjourner temporairement à l'étranger, le Carnet ATA (Admission Temporaire/Temporary Admission) facilite les échanges internationaux en simplifiant les formalités douanières tout en réduisant les coûts des opérations.

Si vous utilisez un carnet ATA vous-même, voici un lien qui recense tous les aéroports du monde, ainsi que l'emplacement de leurs bureaux douaniers, pour viser le carnet ATA l'importation et à l'exportation.



source photo : https://customsnews.vn/stores/news_dataimages/thanhthuy/112017/02/08/croped/thumbnail/5020_GeissenRoosenboom02071080x675.jpg


English translation:
Passport for the material which has to stay temporarily abroad, the ATA Carnet (temporary admission) makes international exchanges easier by simplifying customs’ formalities in reducing the cost of operations.


If you use an ATA Carnet yourself, there's a link which lists every airport around the globe, and the location of their customs' office, in order to aim the ATA carnet for the import and for the export.



source photo : http://www.condor.co.at/wp-content/uploads/2015/11/ATA_andi_Uschi_10.jpg

mardi 19 novembre 2019

JE PARLE À UN HOMME QUI NE TIENT PAS EN PLACE, DE JACQUES GAMBLIN.

Jacques Gamblin, acteur et auteur de théâtre français, a confié à Trucks At Work l'organisation du transport de la tournée de son spectacle nommé "Je parle à un homme qui ne tient pas en place." pour la saison 2019/2020.
Retrouvez les dates du spectacle ici.





Je parle à un homme qui ne tient pas en place nous offre le témoignage d'une amitié qui ne va cesser de grandir suite à la communication entre deux hommes, l'un à terre en tournée de ville en ville, Jacques Gamblin, l'autre en mer, en solitaire en quête du record du Tour du monde à la voile, Thomas Coville.
Dans cette aventure, la parole des deux hommes se dévoilent, avec la distance comme refuge.

En fond de scène, des cartes océaniques, des sillages ou des aurores boréales nous emportent loin, très loin.

Dans cette aventure, une mise en scène dynamique et poétique donnent forme à la force vitale qui peut unir un homme à un autre, l’amitié.




Pour plus d'informations sur la pièce de Jacques Gamblin, cliquez ici.

jeudi 14 novembre 2019

MNÉMOSYNE, DE JOSEF NADJ.


Trucks At Work a l'honneur d'accompagner Josef Nadj en novembre 2019 au flow festival en Roumanie, ainsi qu'au desire central station festival en Serbie, pour la représentation de sa nouvelle performance nommée "Mnémosyne".






 Danseur, chorégraphe, mime, plasticien et photographe français d'origine yougoslave, Josef Nadj, qui fut durant vingt ans directeur du Centre Chorégraphique National d’Orléans, a commencé à s’intéresser à la photographie au début des années 1990. 


Il a imaginé pour Mnémosyne un dispositif original,  plastique et scénique. Au cœur de l’espace où est présentée la partie la plus récente de son œuvre photographique le chorégraphe propose une performance curieuse, dans une installation visuelle évoquant à la fois les chambres noires du XIXe siècle et la boîte noire des théâtres. Mnémosyne devient ainsi le support d’une expérience nouvelle et fascinante, qui croise l’art de l’image et celui de la scène.

Retrouvez plus d'informations sur MNÉMOSYNE ici.




jeudi 27 juin 2019

PORTRAIT DE 5 ARTISTES STREET-ART INCONTOURNABLE

1. BANSKY :

On ne peut pas aborder le sujet du street-art sans parler de Banksy qui mêle politique, humour, poésie en mettant en scène des enfants, des soldats ou encore des singes.
Les pochoirs de Banksy sont devenus des références incontournables. Provocateur, perturbateur ou revendicateur, Banksy, dont l’identité reste toujours un mystère, nous interpelle et nous fait réagir à travers chacune de ses œuvres.


2. VHILS

Alexandre Farto alias Vhils est un street-artist portugais né en 1987 et dont la notoriété a explosé lorsque Banksy l’a invité en 2008 au Cans Festival de Londres.
Vhils parcourt le monde pour réaliser ses fresques monumentales en révolutionnant la technique traditionnelle du pochoir. Il attaque son support, mur ou panneau de bois, avec différents outils comme des ciseaux ou un marteau-piqueur, afin de graver son pochoir au sein même du support, jouant ainsi sur l’histoire de ce dernier.


3. ROA

Roa est un artiste Belge, originaire de Gand travaillant principalement en Europe mais également aux Etats-Unis. Il réalise des fresques géantes représentant la plupart du temps des animaux comme des rats ou des oiseaux, en noir et blanc. Son travail fait notamment référence à la classification des espèces et à la taxinomie.



4. KOBRA

Eduardo Kobra est un artiste brésilien qui a débuté sa carrière en 1987 à Sao Polo. Kobra transforme le paysage urbain grâce à de grandes fresques colorées et brillantes dans les rues de New-York ou Paris. Souvent teintées de messages politiques comme le réchauffement climatique ou la déforestation, les œuvres de Kobra et leurs effets kaléidoscopiques ont une place à part entière dans le paysage du street-art mondial.



5. DAVID CHOE

C’est un street-artist américain, adepte du graffiti. Pour l’anecdote, David Choe est l’artiste qui avait à la demande de Mark Zuckerberg tagué les bureaux de Facebook au lancement de la start-up. En échange de ses tags, Choe avait reçu quelques actions de Facebook valorisées aujourd’hui à plus de 200 millions de Dollars.


 

jeudi 20 juin 2019

" SOUL KITCHEN " D'ANGELIN PRELJOCAJ


Sources photo :

Angelin Preljocaj décide de se lancer dans un projet expérimental, original et hors normes. 

« Soul kitchen » se représentera du 23/06/2019 au 25/06/2019, le Dimanche 23 à 19h, le Lundi 24 à 18h et à 20h, et le Mardi 25 juin à 17h et à 20h à Montpellier.

Tarifs : de 7 à 10 € 

Petite présentation du personnage :

Angelin est né le 19 janvier 1957 à Sucy-en-Brie, c’est un danseur et chorégraphe français de danse contemporaine. Il est directeur de sa compagnie « Ballet Preljocaj » depuis 1985 et au début des années 1990, il entre dans le répertoire du Ballet National de Paris. 

C’est l’un des chorégraphes les plus importants de ce siècle. Il allie fréquemment des recherches formelles avec des collaborateurs contemporains, de tout horizon (comme nous le prouve son nouveau projet), sans jamais s’éloigner des traditions du ballet classique. De 1984 à 2019, il a participé et réalisé plus de 50 chorégraphies dont 7 qui sont définitivement entré au répertoire du Ballet National de Paris. 

Retrouvez Angelin Preljocaj qui nous raconte son œuvre « Soul Kitchen » :
http://www.montpellierdanse.com/mediatheque/sortir-de-lombre-angelin-preljocaj-parle-de-sa-creation-en-univers-carceral

Sophia, Sylvia, Malika, Lili et Esther. Sont les cinq femmes détenues qui ont tenté l’aventure avec Angelin Preljocaj. Sylvia nous explique que ce n’était pas un passe-temps, un loisir permettant de s’évader « d’la taule ». C’était du boulot, c’était intense et haletant car Angelin est une personne exigeante et très professionnelle. 

Lili quant à elle, nous explique que la danse l’a aidée à comprendre beaucoup de choses sur elle et la relation qu’elle entretient avec les autres. Que ce qui était le plus important, c’était le regard qu’Angelin portait sur elles toutes « Le respect était la » nous dit-elle et que c’est ce qu’il l’a aidé à tenir bon. 

Angelin Preljocaj a instauré un atelier de 2 h 30, deux fois par semaine pendant quatre mois. 
« Quand on n'a jamais dansé, il faut s'accrocher ! ».

 « Je me suis demandé de quoi on était privé en prison, en plus de la liberté, c'est la privation de certaines odeurs, comme celle des bons plats qu'on prépare en cuisine, de certains sons, de touchers, « Les Nourritures terrestres » de Gide m'ont servi de guide. »

Dans cette représentation, « Soul Kitchen » (rappel de la chanson des Doors), Sylvia, Lili, Malika, Esther et Sophia préparent (pour de vrai) des cookies, chacune à une table. À la fin du spectacle, l'odeur de cuisson est enivrante. Elles les distribuent au public, après avoir déclamé, l'une après l'autre, un passage des « Nourritures terrestres » de Gide. 

« Que l'on m'apporte du vin, qu'il tache ma robe… je m'appelle… » Puis, l’une après l’autre, elle clame leur prénom.  

« Je voulais qu'elles s'entendent le dire et que le public le sache », nous dit Preljocaj. 

En une heure de temps, elles nous ont donné la preuve que ces nourritures si terrestres, si physiques, si spirituelles, si bouleversantes se partagent, s’apprécient et se vivent. 


La preuve irréfutable, qu’un pas de côté ne nous condamnent pas à rester à l'écart toute notre vie.

jeudi 6 juin 2019

LE THEATRE RIVOLI À PORTO AU PORTUGUAL



De passage à Porto ce weekend, nous en avons profité pour voir le Théâtre Rivoli ou nous avons accompagné plusieurs compagnies lors de leurs représentations. 

Voici un bref petit historique du lieu... 

En 1913, un nouveau théâtre appelé « Teatro Nacional » a ouvert à Porto. Au cours des années suivantes, les changements intervenus dans le centre urbain entraînèrent la modernisation de ce bâtiment.

Puis en 1923, le nouveau théâtre Rivoli est réaménagé pour être adapté au cinéma et propose une programmation d'opéra, de danse, de théâtre et de musique. Ce nouveau théâtre, de style Art déco, était la responsabilité de l'architecte et ingénieur Júlio Brito.
À partir de 2015, le théâtre Rivoli devient un théâtre municipal, « el Teatro Municipal do Porto ».

Ci-dessous le Théâtre Rivoli en photo :
Crédit Photo Rémi Ausina.




Crédit Photo Picasa et google.




Retrouvez également toute la programmation à cette adresse !