vendredi 1 avril 2016

Gone in a Heartbeat / Louise Vanneste


Louise Vanneste a nommé sa compagnie Rising Horses, terme adapté aux chevaux de course. Le spectacle des quatre danseuses qu’elle met en scène dans cette pièce, évoque en effet l’élégance des déplacements des purs-sangs, une manière rare de s’ébrouer dans la grâce et la désinvolture instinctives. Après une formation en danse classique, Louise Vanneste s’est dirigée vers la danse contemporaine avant d’entrer à P.A.R.T.S. (A.T. De Keersmaeker) dont elle est diplômée. Elle poursuit sa formation au sein de la Trisha Brown Dance Company à New York. Depuis son retour en Europe, elle privilégie les collaborations en tant que chorégraphe et danseuse avec des artistes issus de différentes disciplines, compositeurs, vidéastes ou artistes plasticiens. Engagée dans un travail d’écriture du mouvement autant que dans la création d’expériences perceptives totales, la jeune chorégraphe bruxelloise développe, de projet en projet, un langage scénique qui fait dialoguer la danse avec l’espace, la lumière et le son.

@ Arnaud Gerniers
@ Arnaud Gerniers

@ Arnaud Gerniers
Sa nouvelle création Gone in a Heartbeat, présentée en première au dernier Kunsten festival des arts, explore la tension entre multiplicité et unité, composition et instinct. La chorégraphie est pensée comme quatre solos qui cohabitent dans un seul espace. Nourries d’une gestuelle empruntée à la mémoire collective des concerts de rock et des danses populaires, les interprètes s’influencent inconsciemment pour agencer des configurations éphémères allant de la figure esseulée à la meute ou au binôme. La lumière, le son et l’espace, eux aussi, se déploient comme des objets autonomes qui participent d’un même organisme, étrange et pourtant familier, offert à la perception du spectateur.

Magnétique.

Nous sommes heureux d'avoir organisé leur transport depuis la Belgique vers Toulouse dans le cadre du Festival International de Danse Contemporaine du CDC à Toulouse en mars 2016.